Journal de Paul-Marie Coûteaux
Une certaine Idée de la France et du monde

La vertigineuse addition des délires du système des partis, de l'égotisme de notre bocal politique où se sont perdus, hélas, ceux qui ont tour à tour prétendu relever le drapeau, d'une longue suite de gouvernements nuls, de l'incurie de dirigeants qui n'ont de responsables que le nom et, par-dessus tout, de l'oubli par notre peuple de tout souci de lui-même, a créé autour de nous une situation certes douloureuse mais que la France a souvent connue : le chaos. Nous voici près de ce que Bainville appelait la "récurrente anarchie française", dont nous n'apercevons encore que les premiers prodromes. Ce n'est pas une raison pour croire que la France se meure. Qui connaît l'Histoire sait qu'elle en a vu d'autres, et que l'essentiel est toujours, et en dépit de tout, de faire vivre une idée de la France, et à travers elle une idée de la diversité et de la beauté du monde. Cette idée resurgira tôt ou tard : il suffit de la garder au coeur, de distinguer ce qui meurt et ce qui vit, de voir, de comprendre, de protéger la langue, et d'écrire. Voici la suite d'un journal que je tiens depuis 1992, dont j'ai déjà fait paraître des extraits dans un ouvrage, "Un petit séjour en France", ainsi que divers blogues-notes, "For intérieur" puis "Une certaine Idée"...

mercredi 21 mai 2014

Philippe de Villiers fait un pas vers le Rassemblement

Communiqué de 
Paul-Marie Coûteaux

Président de SIEL
Souveraineté Indépendance et Libertés

Philippe de Villiers fait un pas
vers le Rassemblement

Il est regrettable que, mis à part Valeurs Actuelles et le Figaro, les médias n'aient pas relevé le soutien que vient d'apporter Philippe de Villiers à Aymeric Chauprade, nommé par Marine le Pen tête de liste en Ile-de-France. Iest pourtant notable queau moment de quitter le Parlement européen, celui qui reste président du MPF se soit exprimé en ces termes : "Marine Le Pen n’est pas Jean-Marie Le Pen ; je comprends parfaitement votre engagement et je vous soutiens. Si j’avais votre âge, je ferais la même chose". Ces propos sont très proches de ceux que M. de Villiers m'a tenus lors de notre dernière entrevue le 9 décembre dernier à Paris.

Philippe de Villiers va-t-il rejoindre le RBM ? C'est douteux aussi longtemps que ce rassemblement n'aura pas de réalité, ce que je regrette publiquement depuis des mois. Du moins son ouverture esquisse-t-elle des perspectives. Il va de soi que le SIEL va s'employer à les préciser, notamment en proposant à Marine Le Pen un autre rassemblement, plus franchement ouvert à tous les patriotes de la droite nationale. C'est l'un des enjeux des prochains congrès du SIEL, le 25 octobre, puis celui du FN le 27 novembre. Pour l'heure, saluons le pas bienvenu que vient de faire Philippe de Villiers, homme opiniâtre et constant, dont le SIEL répète qu'il garde un rôle important dans la construction d'un vaste rassemblement national à vocation gouvernementale qui seul peut redresser la France.

Quel contraste avec l'impuissance de J-P Chevènement qui, pris au piège d'une gauche incapable d'assurer l'héritage républicain, en est réduit à prôner l'abstention ! Cette impasse prouve une fois encore que l'Union des Patriotes, que prône le SIEL depuis sa création, ne peut avoir d'autre réalité que l'union de toutes les familles de la droite nationale, à laquelle il est tant souhaitable que Philippe de Villiers comme Nicolas Dupont-Aignan se joignent à leur tour, sans pour autant se confondre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire